Différence entre action et obligation

Différence entre action et obligation

En bref : Différence entre action et obligation

Regardons les différences entre action et obligation à travers plusieurs critères

CritèreActionsObligations d’ÉtatObligations d’Entreprise
Nature de l’investissementpart d’une entreprise.Prêt à un gouvernement.Prêt à une entreprise.
Rendement potentiel~7% à 13% ⭐⭐⭐~2.5%~5% (variable)⭐⭐
Risque🧡Modéré à élevé 💚très faible🧡Modéré à élevé, dépendant de la solvabilité de l’entreprise.
Volatilité❤️Haute, susceptible aux fluctuations du marché.💚Relativement faible, influencée par les taux d’intérêt et la situation économique.🧡Variable, influencée par la santé financière de l’entreprise et les conditions de marché.
Liquidité💚élevée💚Élevée🧡Variable
Type de revenuDividendes et plus-values.Coupon (intérêt fixe).Coupon (intérêt fixe),

Qu’est-ce qu’une Action ?

Imagine que tu achètes une part d’une entreprise comme Apple ou Amazon. Félicitations, tu viens de devenir actionnaire ! Cela signifie que tu détiens une fraction de l’entreprise, aussi minuscule soit-elle.

En tant qu’actionnaire, tu as droit à ta part du gâteau, c’est-à-dire une portion des profits de l’entreprise, souvent distribuée sous forme de dividendes.

Prenons un exemple concret : si tu avais investi 1 000 € dans des actions d’Apple en 2010, ton investissement vaudrait aujourd’hui plusieurs fois cette somme, sans compter les dividendes reçus au fil des ans. Cela illustre le potentiel de croissance élevé des actions. Cependant, il est crucial de se rappeler que ce potentiel s’accompagne d’un niveau de risque plus élevé. Les prix des actions peuvent fluctuer considérablement en fonction des performances de l’entreprise et des tendances du marché.

Si tu souhaite en savoir plus sur combien on peut gagner en bourse 👈

Caractéristiques

  • Les actions sont émises par les sociétés anonymes (SA), les sociétés en commandite par actions (SCA) et les sociétés par actions simplifiées (SAS).
  • Elles sont négociées sur les marchés boursiers, où leur prix varie en fonction de l’offre et de la demande.
  • Les actions donnent à leurs détenteurs des droits, tels que le droit de vote aux assemblées générales et le droit aux dividendes.

Avantages des Actions

  • Potentiel de croissance élevé : Historiquement, les actions ont offert des rendements supérieurs à la plupart des autres types d’investissements sur le long terme. Par exemple, le S&P 500, un indice représentatif des 500 plus grandes entreprises cotées aux États-Unis, a affiché un rendement annuel moyen d’environ 10 % au cours des dernières décennies.
  • Dividendes : En plus de la possibilité d’appréciation du capital, les actions peuvent générer des revenus réguliers à travers les dividendes. Prenons l’exemple de Johnson & Johnson, une entreprise réputée pour augmenter régulièrement ses dividendes, qui est passée d’un paiement annuel de 1,93 $ par action en 2010 à 4,04 $ en 2020.

Risques liés aux Actions

  • Volatilité : Les prix des actions peuvent subir de larges fluctuations sur de courtes périodes. Par exemple, lors du krach boursier de mars 2020, l’indice S&P 500 a chuté de plus de 30 % en un mois en raison des incertitudes liées à la pandémie de COVID-19.
  • Risque de perte : En cas de faillite de l’entreprise, les actionnaires sont parmi les derniers à être remboursés, ce qui signifie que tu pourrais perdre la totalité de ton investissement si les choses tournent mal.

Qu’est-ce qu’une Obligation ?

Contrairement aux actions, acheter une obligation, c’est un peu comme prêter de l’argent. Tu prêtes tes fonds à une entité (gouvernement ou entreprise) et, en échange, l’émetteur s’engage à te payer des intérêts à des intervalles réguliers jusqu’à l’échéance de l’obligation, moment auquel ton capital initial te sera remboursé.

C’est comme les prêts que tu fais à la banque.

Caractéristiques

  • Les obligations sont émises par des entreprises, des collectivités locales ou des États.
  • Elles ont une durée de vie déterminée (la maturité), pouvant aller de quelques mois à plusieurs dizaines d’années.
  • Le taux d’intérêt peut être fixe ou variable.
  • Les obligations offrent généralement un rendement plus faible mais moins risqué que les actions.

Avantages des Obligations

  • Revenu fixe : Les obligations fournissent un flux de revenus prévisible. Si tu achètes une obligation d’État française (OAT) avec un taux d’intérêt annuel de 0,5 % et que tu investis 1 000 €, tu recevras 5 € chaque année jusqu’à l’échéance de l’obligation.
  • Moins de volatilité : Les obligations sont généralement moins sujettes aux fluctuations sauvages du marché que les actions. Pendant les périodes de turbulences boursières, les investisseurs se tournent souvent vers les obligations comme refuge, ce qui peut stabiliser ou même augmenter leur valeur.

Risques liés aux Obligations

  • Risque de crédit : Il y a toujours un risque que l’émetteur de l’obligation fasse défaut et ne soit pas en mesure de rembourser le principal ou de payer les intérêts. Les obligations d’entreprises sont particulièrement susceptibles à ce risque, contrairement aux obligations d’État, considérées comme plus sûres mais pas totalement exemptes de risque.
  • Risque de taux d’intérêt : Si les taux d’intérêt augmentent, la valeur des obligations existantes tend à baisser. Par exemple, si tu détiens une obligation qui paie 2 % d’intérêt et que les nouveaux émissions offrent 4 %, la valeur de ton obligation sur le marché secondaire diminuera probablement.

Prenons un exemple concret pour illustrer le risque de taux d’intérêt : supposons que tu achètes une obligation à 1 000 € avec un taux d’intérêt de 3 % pour 10 ans. Si, deux ans plus tard, les taux d’intérêt pour des obligations similaires montent à 5 %, la valeur marchande de ton obligation baissera, car les nouveaux investisseurs peuvent obtenir un meilleur rendement avec les nouvelles obligations. Si tu devais vendre ton obligation avant l’échéance, tu pourrais recevoir moins que les 1 000 € initiaux.

Influence de l’économie sur les actions et les obligations

Les Cycles Économiques et les Actions

Les actions sont sensibles aux cycles économiques. Durant les périodes de croissance économique, les entreprises bénéficient souvent d’une augmentation de leurs revenus et profits, ce qui peut entraîner une hausse du prix de leurs actions. Un exemple classique est le boom technologique, où les actions de sociétés comme Apple et Amazon ont vu leur valeur grimper en réponse à l’expansion économique et à l’innovation technologique.

Inversement, en période de récession, les entreprises peuvent voir leurs revenus diminuer. La crise financière de 2008 est un exemple marquant, où l’indice S&P 500 a chuté de près de 50 % de son pic d’octobre 2007 à son creux en mars 2009, reflétant l’incertitude économique et la baisse des bénéfices des entreprises.

Politiques monétaires et obligations

Les obligations, quant à elles, sont fortement influencées par les politiques monétaires des banques centrales, notamment les taux d’intérêt. Lorsque les taux d’intérêt augmentent, le prix des obligations existantes tend à baisser, puisque les nouvelles obligations sont émises avec des taux d’intérêt plus élevés, rendant les anciennes moins attrayantes. Par exemple, si la Banque Centrale Européenne relève ses taux, la valeur des obligations gouvernementales françaises déjà en circulation pourrait diminuer.

À l’inverse, une baisse des taux d’intérêt peut augmenter la valeur des obligations existantes. Cela a été observé durant les périodes de politique monétaire accommodante, comme après la crise financière de 2008, où les banques centrales à travers le monde ont abaissé les taux d’intérêt pour stimuler l’économie, entraînant une hausse des prix des obligations.

Stratégies d’Investissement en fonction de l’économie

En tant qu’investisseur, suivre de près l’évolution de l’économie et adapter ta stratégie en conséquence peut s’avérer payant. Par exemple, en période d’expansion économique, augmenter la proportion d’actions dans ton portefeuille peut capturer la croissance du marché. En période de récession ou d’incertitude économique, augmenter la part des obligations peut offrir une stabilité relative et protéger ton capital.

Les principales différences entre actions et obligations

Le financement de l’entreprise

  • Les actions représentent une participation au capital de l’entreprise, et leur émission permet de renforcer les fonds propres.
  • Les obligations sont des emprunts contractés par l’entreprise, et leur émission accroît l’endettement.

La rémunération

  • Les actions offrent une rémunération variable, sous forme de dividendes et de plus-values potentielles. Les dividendes ne sont pas garantis et dépendent des résultats de l’entreprise.
  • Les obligations génèrent une rémunération fixe ou variable, sous forme d’intérêts (coupons), ainsi qu’un remboursement du capital à l’échéance.

Le risque

  • Les actions présentent un risque plus élevé, car elles sont soumises aux fluctuations du marché et aux performances de l’entreprise.
  • Les obligations sont généralement moins risquées, car elles offrent une rémunération plus stable et bénéficient d’une priorité en cas de faillite de l’émetteur.

La durée de détention

  • Les actions sont généralement détenues sur le long terme, afin de bénéficier de la croissance de l’entreprise et de la valorisation du capital.
  • Les obligations ont une durée de vie déterminée (la maturité), et leur détention s’étend généralement sur une période plus courte, allant de quelques mois à plusieurs années.

Le droit de vote

  • Les actions donnent généralement à leurs détenteurs un droit de vote aux assemblées générales de l’entreprise, leur permettant de participer aux décisions stratégiques.
  • Les obligations n’accordent pas de droit de vote, car les obligataires sont des créanciers et non des propriétaires de l’entreprise.

Ces articles peut t’intéresser :
Le meilleur ETF Dividende PEA
7 petits investissements qui rapportent

FAQ : différences entre action et obligation

Investir dans les obligations peut être particulièrement judicieux lorsque les taux d’intérêt sont attendus à baisser ou durant les périodes d’incertitude économique, car elles offrent des revenus fixes et sont généralement moins volatiles que les actions.

Non, toutes les obligations ne sont pas créées égales en termes de sécurité. Les obligations d’État de pays stables sont généralement considérées comme parmi les investissements les plus sûrs. Cependant, les obligations d’entreprises, surtout celles émises par des entreprises à haut risque (obligations à haut rendement ou « junk bonds »), portent un risque de défaut plus élevé. L’évaluation du risque dépend de la solvabilité de l’émetteur.

enzo rédacteur patrimoine pour tous

Enzo

Passionné depuis toujours par la finance et l’investissement, j’ai décidé de mettre mon expérience au service.
Mon objectif : vous aidez à développer votre patrimoine

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *